Généralités sur les Voies Romaines

Leur objet était la facilité et la rapidité des communications.

Les principaux objectifs étaient: militaires
                                                économiques
                                                administratifs

Caractéristiques de construction.

Les routes étaient assez diversifiées selon les lieux et le terrain mais il y a des constantes:

Solidité pour durer (Un siècle sans réparation pour certaines parties)
Composition multicouche avec fondations profondes pouvant aller jusqu'à 1,5 m.

En tranchées ou en remblais sur un sol solide.

Renforcement des sols faibles.
Assise solide type "hérisson", couche de grosses pierres sur chant (pour le drainage) et encastrées les unes dans les autres
Pierrailles et graviers tassés sur 40 à 50 cm.

Les surfaces étaient constituées de:

Graviers (le plus courant) via glarea strata.
Pavés ou dalles (forte circulation, près des agglomérations, passages délicats) via lapide strata.
Mortier (rare)

Les rebords  étaient souvent de dalles ou de pierres verticales.

La largeur pouvait varier de 1,5 m. à 7 m. le plus courant étant 5 à 6 mètres.

Les virages étaient calculés plus larges (essieux rigides non pivotants)

Les bas côtés importants comportaient des servitudes ou un domaine public.

Les recharges ultérieures ont peu à peu modifié les structures.

Les bâtisseurs

Les soldats bâtisseurs.
    Travail de bonne exécution par des professionnels.

Les populations locales.
    Travail plus médiocre exécuté par les habitants des cités avoisinantes à l'aide d'esclaves ou de condamnés plus ou moins de circonstance.

Le tracé

Il était souvent rectiligne mais ce n'est pas absolu, il s'agirait plutôt de traces directes ou de successions de lignes droites.

Plutôt sous la ligne de crête, sur une même courbe de niveau (Voir sans être vu)

Il fallait éviter les agglomérations, les zones humides, les forêts.

Utilisation fréquente des réseaux indigènes.

Les Dénominations

Les routes romaines portaient la plupart du temps un nom dérivé de la personne qui avait présidé à leur construction ou à leur ouverture.  ex: La via Domitia qui provient de Cnaeus Domitius Ahenobarbus qui transforma en voie romaine des anciennes pistes du sud de la Gaule.

On distinguait également les voies privées des voies publiques.

Les bornes miliaires

Colonnes de pierres d'une hauteur de 1,50 m. à 2,50 m.  Elles jalonnaient les voies romaines (tous les milles romains à savoir 1.481,45 m. ou souvent également toutes les lieux gauloises 2.222 m.) et permettaient l'indication des distances et servaient aussi à l'éloge des empereurs ou bien de personnalités impériales locales.

Les ouvrages d'art

Ponts, tunnels etc. Ils étaient nombreux et remarquables de conception et de solidité.

Les gîtes

Mansio (gîtes d'étape) et mutationes (relais) (repos et ravitaillement des hommes et des bêtes)

Les cartes

On possède fort peu de documents sur les itinéraires romains. Il existe principalement:

La Table de Peutinger. C'est une copie médiévale d'une carte antique qui comporte de gênantes déformations, des incertitudes et des manques.

 

La Table de Peutinger


    L'itinéraire d'Antonin. C'est une sorte de recueil d'étapes avec l'indication des distances à travers l'empire romain peut-être à destination fiscale (vers 212- 215) 

Voir un extrait de la "Table de Peutinger"

Voir un extrait de "l'Itinéraire d'Antonin"

L'itinéraire de Bordeaux à Jérusalem.  Récit de pèlerinage vers l'an 333.

L'entretien

Il était très coûteux, les taxes pour y parvenir étaient nombreuses et variées.

Il n'a pas toujours été performant malgré la solidité de nombreux tronçons. on attendait souvent que la route soit impraticable pour la refaire. Cela se faisait souvent par rehaussement qui pouvait amener la chaussée a une certaine hauteur.

Les péages

Les péages ou postes de douanes étaient assez nombreux, les autorités n'en étaient pas dispensées.

Ce droit de passage (portorium, Quarantième des Gaules soit 2,5%) permettait principalement la construction et l'entretien des routes.

Les véhicules

La majorité des déplacements et des transports se faisaient à pied, à dos d'homme ou mieux avec des bêtes de somme.

Cependant les marchandises lourdes étaient transportées soit par des chariots légers à deux roues, soit par des charrettes plus lourdes à quatre roues pouvant emmener jusqu'à 500 kg.

En général les pentes des voies romaines étaient trop fortes pour ce genre de véhicules et le train avant fixe rendait les virages laborieux.

Les transports terrestres étaient longs et coûteux comparés au transports par voie d'eau.

Les Voyageurs

En premier lieu ce sont les armées qui utilisaient la voie romaine mais les autres catégories étaient nombreuses:

Courriers officiels (Cursus publicus, la poste impériale) ou non, marchands, maçons, artisans divers, et même des touristes, bien que les routes ne soient pas toujours très sûres.

Les marchandises

Des produits alimentaires:
    Huile, vin, fruits, fromages, etc.

Des produits manufacturés:
    Céramiques,cuirs, vêtements etc.

Des produits divers:
    Bois, résine de sapin pour les torches, sel etc.

De gros matériaux:
    Marbre, pierres de taille, minerais etc.

***

RETOUR HAUT de la PAGE.







Accueil

La route romaine en Tarentaise

 Généralités sur les Voies Romaines

 Carte des voies romaine en Savoie

    Extrait de la table de Peutinger

Extrait de l'Itinéraire d'Antonin

Bibliographie

*









Rue à St-Romain-en-Gal (Rhône)







Voie romaine du bois des Mattes (Drome)








Miliaire à Vienne (Isère)








Pont Julien à Apt (Vaucluse)








Mansio-est au col du Petit-St-Bernard (Savoie)








Ornieres à Ambrussm (Hérault)








Rue pavée à Sbeitla (Tunisie)






*